Accueil du site Symbole de l'école Site web de Shanshan, calligraphe Externe Interne Armes traditionnelles

Notre pratique

Sommaire [+/-]

Notre pratique de l’art martialInterneExterneArmesCulture, philosophie et médecine

Nous pratiquons dans l’école Chấn Điện Võ Đường un art martial descendant du style Thanh Long tel que notre enseignant, Adda Keliche, l’a appris auprès d’un disciple du maître Nguyễn Dân Phú. Ce dernier a créé ce style à partir de son savoir dans les arts martiaux vietnamiens des courants Bình Định et Thiếu Lâm. Il en a codifié les principes et les mouvements de base et l’a enrichi jusqu’à sa disparition en 1999.

^Notre pratique de l’art martial

Bien qu’il soit un tout indivisible, notre enseignement est structuré en trois composantes que sont l’interne, l’externe et les armes traditionnelles. Cette séparation a pour but d’offrir des repères à ceux qui désirent se lancer dans cette voie mais ces trois facettes forment un tout cohérent.

Nous pratiquons vêtus du võ phục (vêtement semblable à un kimono) noir, fermé par une ceinture blanche (avec d’éventuelles barrettes) ou verte pour les pratiquants plus avancés (voir la section sur les grades). Dans notre site, les photographies nous montrent parfois en tenue plus légère car celles-ci sont souvent prises au cours du stage d’été où, après les saluts traditionnels, nous sommes autorisés à enlever la veste.

^Interne

L’interne regroupe les exercices de 氣功 qìgōng (contrôle de l’énergie interne), la méditation et le bát quái chưởng (八卦掌 bāguà zhǎng), art martial interne comme le 太極拳 tàijí quán (ou « tai chi chuan »). C’est une pratique de santé et de bien-être, autant qu’un support pour l’externe.


^Externe

L’externe représente l’aspect le plus répandu de l’art martial en Occident et vise à la maîtrise du combat par le travail des techniques des mains, de pieds, d’enchaînements codifiés ou d’applications à deux.


^Armes

L’apprentissage des armes traditionnelles — telles que le bâton long, le sabre, l’épée et bien d’autres — complète l’interne et l’externe en forgeant le corps par un travail spécifique.


^Culture, philosophie et médecine

À cette richesse technique s’ajoute une richesse culturelle et morale. En effet, notre enseignement est imprégné des philosophies chinoises sous-jacentes aux arts martiaux. C’est pour cela que nous étudions, par exemple, les théories taoïstes du yin/yang et des cinq éléments ou que sont mises en avant des valeurs confucianistes telles le respect ou la politesse.

Les pratiquants sont également initiés aux bases de la médecine traditionnelle chinoise, indispensables au travail de l’interne, au travers de massages et de notions théoriques sur les méridiens d’acupuncture.


3.2.5 [24404] | Hébergement Free-H.org